RÉPONSE À LA COVID-19 - Nous nous engageons à soutenir notre communauté scientifique durant la pandémie. En savoir plus  

L’École de Médecine d’Harvard utilise des systèmes de repiquage de colonies QPix pour cartographier les réseaux d’interactions macromoléculaires afin de mieux comprendre la relation entre les gènes et les phénotypes

Université de médecine d’Harvard, Département de Génétique, Dana Farber Cancer Institute, Center for Cancer System Biology

Carl Pollis, technicien de recherche Meaghan Daley, technicienne de recherche

Systèmes automatisés de repiquage de colonies microbiennes QPix 400Series

Le défi

À l’institut contre le cancer Dana Farber, le « CCSB » (Center for Cancer Systems Biology) utilise des stratégies informatisées pour déchiffrer des interactions biologiques complexes. Grâce à une myriade de plateformes technologiques et d’outils bio-informatiques, l’institut a produit des cartes d’interactions protéine/protéine (IPP), dénommées « intéractome », pour toute une diversité d'organismes. Les IPP binaires de grande qualité sont générées en utilisant des variantes de méthodologies à double hybride chez la levure associées à une validation employant des approches orthogonales in vivo et in vitro. Les données expérimentales non biaisées peuvent être intégrées aux recherches bibliographiques et à l’analyse computationnelle pour faciliter leurs découvertes.

L’École de Médecine d’Harvard utilise nos systèmes de repiquage de colonies QPix

La solution

Le QPix™ 460 offre cette capacité d’expérimentation par le criblage et le repiquage haut débit de banques microbiennes. Le QPix leur permet d’augmenter la vitesse ainsi que le volume auxquels les interactions protéine/protéine sont découvertes, leur permettant ainsi d’élargir rapidement les cartes d’interactome de haute qualité.